Lucien Tessier : « Nous avons reçu un très bon service. »

Avec une vingtaine de personnes, Lucien Tessier et sa femme découvraient les merveilles du Brésil, de l’Argentine et du Chili depuis près de 3 semaines lorsqu’ils ont appris que le vol intérieur qui devait les mener d’Iguazú, à l’extrême nord-est de l’Argentine, jusqu’à Mendoza, au sud-ouest, était annulé. La cause : une grève générale d’une journée du transport aérien argentin.

Ne voulant accumuler aucun retard en cette fin de voyage – ils auraient risqué de rater leur vol de retour au Québec –, les membres de leur groupe ont décidé de louer à leurs frais un autocar pour parcourir la distance les séparant de Mendoza, soit quelque 2000 km!

« Ça n’a pas été une sinécure, soupire M. Tessier. On a roulé près de 35 heures pratiquement sans arrêt, de jour comme de nuit. Évidemment, on a manqué une visite guidée, des nuitées à l’hôtel, des repas qui étaient compris dans le prix du voyage. Et ça nous a coûté près de 400 $ par personne pour noliser l’autocar. »

Leur agence de voyages leur a dit que la grève d’un transporteur aérien ne relevait pas de sa responsabilité, mais a quand même accepté de leur rembourser le coût du vol d’avion manqué. Quant à leur compagnie d’assurance, elle ne couvrait pas non plus les frais encourus en raison d’une grève.

« Mais en revenant, on a appris qu’on serait peut-être admissibles au Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyages. Après qu’on eut monté le dossier et envoyé la paperasse nécessaire, le fonds nous a remboursé la valeur de ce qu’on avait manqué : nuitées à l’hôtel, repas, visite guidée. Nous avons reçu un très bon service. »